Samois-sur-Seine en Poésie

  1. Redon à Samois-sur-Seine
  2. Samois et Valvins à la Belle Epoque
  3. Îles de paradis poétique
  4. Gustave Mathieu à Samois
  5. Musique et Poésie en pays de Fontainebleau
    1. 1001 cordes
    2. Bénédicte Rostaing
  6. Odilon Redon, ‘Les Yeux clos’
  7. Élémir Bourges
  8. 10 quai des des Plâtreries, Samois-sur-Seine
  9. Django Reinhardt à Samois-sur-Seine
  10. Poètes de la Bohème Bellifontaine en voyage….
  11. Théâtre de Valvins
  12. Agenda
    1. Printemps poétique aux Plâtreries
    2. Noël poétique aux Plâtreries
    3. Juin 2013, Fête du Paradis à Samois-sur-Seine

Redon à Samois-sur-Seine

Samois et Valvins à la Belle Epoque

Îles de paradis poétique

La chose qui s’impose, à l’orée du jour,
Ce sont ces livres de poésie qui m’entourent
Comme les murs d’eau et de feu qui entourent
L’île du Paradis.

L’effet que me fait la chose qui impose
C’est cette sensation, ce sentiment,
De protection, de stabilité sereine,
De puissance de présence, chaleureuse et profonde.

L’enjeu qui indique la réalité de la chose s’impose :
Il est celui de l’intelligence de la lettre
Comme l’ultime rempart de la barbarie
De la perte de la langue.

Mon bureau à la blancheur lointaine de paradis
Tourne, comme une planète qui a trouvé son centre.

Sur lui, se répond et se répand,
Dans un colloque mystérieux et intime, la Texture.

Il n’y a rien à craindre au centre de l’île du Paradis Poétique
Si ce n’est d’en être chassé au gré de l’inconstance du jour.

Et j’ai rêvé de l’île du Berceau Poétique à Samois,
Et j’embarquerai dans cet esquif immobile au cœur des flots à jamais littéraires.

Les îles de paradis poétique s’appellent et se racontent,
Et se rencontrent.

Michaël Vinson

L’ïle du Berceau à Samois

Gerrit Willem van Blaaderen. Dutch (1873 – 1935

Gustave Mathieu à Samois

L’hôtel Beau Rivage de Samois, qui fût la maison de Gustave Mathieu, poète de Bois-le-Roi, est devenu une résidence…

Gustave Mathieu vint habiter à Samois-sur-Seine. Sa maison, au bord de Seine existe encore. Après avoir appartenu au peintre Veyrasat, c’est actuellement l’Hotel beau rivage. Or Samois, ville d’une très grande importance au Moyen Age, possédait un pont fortifié (attesté par un plan de 1460 ) en un lieu stratégique reliant les deux rives de la Seine. D’abord construit en bois par les Romains, exécuté en pierre IIIeme siècle, abandonné depuis l’invasion de 1598, il n’en restait que des ruines au XIXeme siècle. La grande sécheresse de 1864 ayant provoqué la baisse des eaux du fleuve, apparaissaient les bases d’une pile du pont disparu, pile s’appuyant sur une petite île, propriété du poète. C’est alors que l’idée du canular naquit dans la tête de notre joyeux drille. Chez un antiquaire il se rend acquéreur d’une sorte de médaillon en marbre.

Sur l’une des faces se détache vaguement un profil d’homme, usé, ébréché. Cela pouvait ressembler à quelque chose de romain! Sans être vu, avec un ami ou deux, il a enterré ce médaillon au pied d’un des piliers du pont de Samois, alors que les eaux étaient très basses à cette époque de l’année. Quelques temps plus tard, il annonça qu’il allait faire entreprendre des fouilles. Les fouilles faites sous la direction de Gustave Mathieu font découvrir dans le lit de la Seine un superbe médaillon emboîté dans 2 rainures. La découverte soulève l’enthousiasme des archéologues qui l’ont authentifié. Certains croient reconnaître le faciès d’un empereur romain, d’autres le profil de Labienus, lieutenant de César et vainqueur de Camulogène. Le succès est tel que les Beaux-arts incluent cette pièce en parfaite conservation (!) dans une exposition. Le journal ( L’Illustration ) même fit un article très documenté. Les sociétés archéologiques s’en emparèrent, tout le monde s’accordait pour voir là une découverte importante, mais l’affaire prenait une proportion à laquelle Gustave Mathieu ne s’était pas attendu. Il prit peur et il avoua que c’était lui qui avait enterré le médaillon. Comme bien on pense, ni les archéologues, ni les journaux se vantèrent d’avoir été berné par Gustave Mathieu, et l’on ne parla plus du fameux médaillon.

Source : http://boisleroi77.chez.com/gmathieu.html

Musique et Poésie en pays de Fontainebleau

1001 cordes

Bénédicte Rostaing

Odilon Redon, ‘Les Yeux clos’

Élémir Bourges

10 quai des des Plâtreries, Samois-sur-Seine

Django Reinhardt à Samois-sur-Seine

En titubant quelques fois….

Django Reinhart avait pour habitude, sur la fin de sa vie, après avoir assez largement éclusé au Café de la Gare de Bois-le-Roi, de rentrer ensuite à pied chez lui à Samois …

Poètes de la Bohème Bellifontaine en voyage….

Théâtre de Valvins

Agenda

Printemps poétique aux Plâtreries

Noël poétique aux Plâtreries

Juin 2013, Fête du Paradis à Samois-sur-Seine

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :