Renaissance-Orgeln – Orgue renaissant

  1. Histoire de l’orgue : la Renaissance
  2. Orgelmusik
  3. Musique pour orgue
  4. Liste von Renaissance-Orgeln

Histoire de l’orgue : la Renaissance

Au XVème siècle, pour diversifier les possibilités du grand orgue, on adjoint à celui-ci un orgue positif jouable par un seul organiste. Les claviers des deux orgues sont bientôt superposés et jouables l’un par l’autre par accouplement. Le buffet du positif vient prendre place dans le dos de l’organiste. Vers la moitié du 15ème siècle, une innovation technique permet d’isoler  des rangées de tuyaux en « jeux » ce qui rend possible la création de sonorités inédites : les registres. Ainsi le plein jeu unit la famille de principaux de 16, 8, 4, 2 pieds (selon la longueur des tuyaux) et les premières quintes 5 1/3, 2 2/3, 1 1/3 (sons partiels du son fondamental). Plusieurs familles de tuyaux sont distinguées comme les flûtes (tuyaux à bouche) et les anches (lamelle métallique vibrante). Se développe alors tout un vocabulaire pour nommer chaque registre : dans la famille des principaux : la montre, le prestant, la doublette, le sifflet ; chez les flûtes : le bourdon, le nasard, le larigot, la tierce ou cornet ; dans la famille des anches : le hautbois, la trompette, le clairon, la régale, le cromorne. 

La facture d’orgue s’individualise selon les régions. Ainsi en France, l’instrument comporte une dizaine de jeux logés dans un meuble rectangulaire encadré de tourelles pour contenir les tuyaux les plus gros. Le pédalier est rudimentaire. 

https://www.pointculture.be/magazine/articles/focus/l-histoire-de-l-orgue-renaissance-et-periode-baroque/

Orgelmusik
Jacob Paix (1556–1623?) (Hrsg.):
Ein gůter newer Teu.Tantz, Tabulatur 1583

Im 16. Jahrhundert erschienen bereits zahlreiche, in Tabulaturen erfasste Orgelstücke. Die Orgelmusik erlebte ihre erste Blütezeit. Bekannte Vertreter dieser Epoche sind u. a. Arnolt Schlick (~1460~1521), Leonhard Kleber (~1495–1537), Hans Kotter (~1485–1541), Antonio de Cabezón (1510–1566) und Jacob Paix (1556–1623?). In der Renaissance entstand neben sakraler Orgelmusik auch sehr viel weltliche Orgelmusik. Die Orgel hatte außer in der Kirche in dieser Zeit auch einen festen Platz in Schlössern und ähnlichen Anwesen. Dort kamen vor allem kleinere Instrumente (Hausorgel, Positiv, Regal) zum Einsatz. Durch den Dreißigjährigen Krieg sind in den von Kriegshandlungen betroffenen Gebieten in einem nicht mehr nachvollziehbaren Maße Quellen und Orgeln aus Mittelalter und Renaissance verloren gegangen. https://de.wikipedia.org/wiki/Orgelmusik#Renaissance

Musique pour orgue
Paul Hofhaimer sur un wagon avec un orgue positif

Ce n’est pas l’apparition de l’orgue à registres, mais l’influence et la vogue du luth qui accentuent le mouvement vers le style orné et une écriture plus harmonique.

Les Allemands vont surtout dans le premier sens, raffinant, à la fin du siècle, les procédés de coloration jusqu’à l’automatisme et la froideur (Sebastian Virdung, Arnold Schlick au sud, Paul Hofhaimer et ses disciples Hans Buchner, Hans Kotter, Leonhard Kleber, Ottmar Nachtgall dit Luscinius, Fridolin Sicher, plus tard Elias Nicolaus Ammerbach, B. Schmid, Johann Rühling, Jacob Paix ; d’autre part le Flamand italianisé Heinrich Isaac, son disciple Ludwig Senfl).

En France, une école d’inspiration plus vivante ne nous est connue que partiellement par les publications de Pierre Attaingnant (1531).

Les Italiens ou les Flamands installés en Italie ont très tôt transposé à l’orgue les conquêtes de la musique de luth : ainsi naquit vers 1520 le ricercare d’orgue, enrichi peu à peu par les méthodes traditionnelles du contrepoint (Marco Antonio Cavazzoni, Jacques Buus, Adrien Willaert, Jean de Macque). La canzone suit une courbe analogue à partir de la chanson profane, tandis que la toccata, issue plutôt de la fanfare de cuivres, se confond avec le prélude (intonation), puis s’enrichit d’intermèdes fugués, de ricercare (Palestrina, Girolamo Cavazzoni, Annibale Padovano, Girolamo Diruta, Claudio Merulo, Antonio Valente, les deux Gabrieli). L’influence des Vénitiens se répand en Allemagne (Hans Leo Hassler, Johann Woltz, Simon Lohet, Michael Praetorius, Charles Luython, Christian Erbach).

La péninsule ibérique connaît le ricercare sous le nom de tiento (tento en portugais) (Santamaria, Cabezón, Paiva, Pimentel, Clasigo).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_d%27orgue#XVIe_si%C3%A8cle

Liste von Renaissance-Orgeln

Die Liste von Renaissance-Orgeln erfasst erhaltene Orgeln aus der Zeit der Renaissance. Die meisten Instrumente wurden im Laufe der Jahrhunderte umgebaut und sind nur in Teilen erhalten. https://de.wikipedia.org/wiki/Liste_von_Renaissance-Orgeln

Voir aussi :

Publié par Michaël Vinson

Poète et créateur culturel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :