Jumelage poétique Athènes – Bois-le-Roi

Orpheus de Odilon Redon
  1. Orphée
    1. Orphisme et prophétie chez les poètes français 1850-1950. Hugo – Nerval – Baudelaire – Mallarmé – Rimbaud – Valéry – Claudel.
  2. Mallarmé, Les Dieux Antiques, Mythologie Illustrée
  3. Poésie parnassienne
  4. Pierre Louÿs, Aphrodite
  5. Raymond Duncan
    1. Akademia Raymond Duncan. Paris
  6. Isadora Duncan
    1. Isadora Duncan à Athènes
  7. Ángelos Sikelianós
  8. Cavafis
  9. Eleusis
    1. « L’état de l’esprit poétique est une initiatique et le poète vit toujours à Eleusis »
    2. Éleusis : causeries sur la cité intérieure / Camille Mauclair
  10. La bohème à Athènes
  11. La Grèce éternelle de Gustave Flaubert
  12. Camille Mauclair, Athènes

Orphée
La tête et la lyre d’Orphée rejetées par les vagues sur les rives de Lesbos, par Gustave Courtois (1875).

Orphée (en grec ancien Ὀρφεύς / Orpheús) est un héros de la mythologie grecque, fils du roi de Thrace Œagre et de la Muse Calliope. Poète et musicien, il était parfois considéré comme un prophète et a inspiré un mouvement religieux appelé « Orphisme », qui était lié aux pythagoriciens et aux mystères dionysiaques. Orphée a fait partie des Argonautes ; sa descente aux Enfers et son échec à ramener sa femme Eurydice dans le monde des vivants forment son mythe.

Si la plupart des auteurs antiques s’accordent sur l’existence historique d’Orphée, pour Aristote, Orphée n’a jamais été poète. Selon lui, l’auteur des hymnes orphiques se nomme Cercops. Orphée est évoqué dans un poème d’Ibycos, au VIIe siècle. La légende d’Orphée est liée à la religion des mystères ainsi qu’à une littérature sacrée ; il enseigna les initiations, et à s’abstenir des meurtres par l’instauration des expiations.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Orph%C3%A9e.

Orphisme et prophétie chez les poètes français 1850-1950. Hugo – Nerval – Baudelaire – Mallarmé – Rimbaud – Valéry – Claudel.

Le Romantisme et le mythe d’Orphée [article]
https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1958_num_10_1_2128

Mallarmé et le mythe d’Orphée [article]
https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1970_num_22_1_958

Le mythe d’Orphée dans l’œuvre de Gérard de Nerval [article]
https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1970_num_22_1_957

Orphée (Paul Valéry)
https://fr.wikisource.org/…/Orph%C3%A9e_(Paul_Val%C3%A9ry)

Mallarmé, Les Dieux Antiques, Mythologie Illustrée

Poésie parnassienne

Pierre Louÿs, Aphrodite

Aphrodite est un roman de Pierre Louÿs, paru en 1896.

Une éthique d’esthète

L’idéal de Pierre Louÿs est l’idéal stendhalien d’écrire « to the happy few », en l’occurrence une élite constituée de quelques amis tels que Mallarmé, Régnier, Gide et Valéry.

C’est en « Athénien », pour qui « il n’y a rien de plus sacré que l’amour physique, rien de plus beau que le corps humain », que Louÿs écrit Aphrodite. Dans cette reconstitution d’une Alexandrie onirique, où une aimable érudition se mêle à l’orientalisme fin de siècle, le plaisir, dans toute sa violence et son amoralisme, tient la première place, les amours de Chrysis, l’orgie du banquet se terminant par la crucifixion d’une esclave, l’amour saphique de deux fillettes musiciennes, les fêtes d’Aphrodite. Dans cet univers décadent, seul Démétrios conçoit un idéal — idéal qui distingue « le juste de l’injuste selon un critérium de beauté », fort éloigné « des étroites vertus [des] éducateurs modernes » : il ne redoute « l’attitude de l’amour » que parce qu’elle est « l’allongement du tombeau », et la femme que parce qu’elle éloigne « de l’épée, du ciseau ou du pinceau », et ne regrette ses crimes que pour la honte de s’être abaissé à les commettre.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Aphrodite_(Lou%C3%BFs)


http://www.ader-paris.fr/html/fiche.jsp?id=7012046&np=&lng=fr&npp=150&ordre=&aff=&r=

Raymond Duncan

Raymond Duncan avec sa femme et son fils Menalkas en 1912.



Raymond Duncan, né à San Francisco le 1er novembre 1874 et mort à Cavalaire-sur-Mer le 14 août 1966, est un philosophe, artiste, poète, artisan et danseur américain, frère de la danseuse Isadora Duncan.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Duncan

Akademia Raymond Duncan. Paris

Akademia Raymond Duncan. Paris

Création :1911
Note : Groupe créé par Raymond Duncan (1874-1966) à Paris pour enseigner les arts, la musique grecque antique et la philosophie
https://data.bnf.fr/…/akademia_raymond_duncan_paris/

Isadora Duncan

Isadora Duncan ou les prémices joyeux de la danse contemporaine

Il y a des personnages qui fascinent et qui marquent les esprits pour toujours. Presque des mythes tant le récit romanesque de leur vie fait parfois douter du fait qu’ils aient réellement existé ! Isadora Duncan (1877-1927) en fait partie. Dans le monde de la danse, elle continue de représenter la liberté absolue, celle des femmes et celle du corps.

En savoir plus http://www.linflux.com/arts-vivants/isadora-duncan-et-la-danse-libre/

NB. A noter qu’Isadora Duncan est venue à Bourron-Marlotte (un article sera créé à ce sujet)

Isadora Duncan à Athènes
Ángelos Sikelianós

Ángelos Sikelianós (en grec moderne : Άγγελος Σικελιανός ; Leucade 1884 – Athènes 1951) était un des plus importants poètes grecs.
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%81ngelos_Sikelian%C3%B3s


Cavafis
Poème autographe de Cavafy : « Outos Ekeinos » (« Voilà l’homme ») – 1909.



Constantin Cavafy ou Cavafis, connu aussi comme Konstantinos Petrou Kavafis, ou Kavaphes (en grec Κωνσταντίνος Πέτρου Καβάφης), est un poète grec né à Alexandrie en Égypte le 29 avril 1863 et mort dans la même ville le 29 avril 1933.

Très peu connu de son vivant, il est désormais considéré comme une des figures les plus importantes de la littérature grecque du XXe siècle.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Constantin_Cavafy

Eleusis


« L’état de l’esprit poétique est une initiatique et le poète vit toujours à Eleusis »



La situation qui veut s’imposer à nous: le simulacre prétend étendre son ombre, et faire de nos vies des âmes mortes .

C’est d’une tentative d’arraisonnement dont nous voulons parler. Et cette tentative, nous lui donnons un nom: l’antipoésie. Nous ne nommons pas ici la  » modernité » car nous ne serons ni anti: ni post: ni contre moderne. Un « état d’esprit » ne nous intéresse pas: la poésie est par nature altermoderniste.

L’état de l’esprit poétique est une initiatique et le poète vit toujours à Eleusis.

L’antipoésie est l’exact opposé de l’oeuvre en couleurs et en sons qu’est la vie/ poésie.

L’antipoésie en actes vise à détruire ce réel même qu’est la poésie, lien sacré reliant nos âmes au poème.

Le poème, ce point suprême encore et toujours à atteindre si nous voulons demeurer des vivants.

Nous n’accepterons jamais les manœuvres de l’antipoésie. Car nous connaissons cette architecture merveilleuse et poétique qui fait de la vie et de nos âmes une seule chose. séparées -en apparence seulement-dans et par le Simulacre.  » Séparées » et cependant une seule chose, en bas comme en haut.Une seule chose et un même réel ; le poème.

La poésie est opérative. Tout le reste n’est que simulacre. ET le masque du simulacre déjà grimace. Qu’il soit dénoncé, et déjà son ombre tend à s’estomper dans le désert insignifiant de sa pauvre  » réalité ».

Nous refusons intégralement et immédiatement toute forme de « réalité » qui bâtirait ses murs de papiers au nom de l’antipoésie en actes. Nous rejetons le  » chemin » imposé par l’antipoésie contre ce réel intégral et immédiat qu’est le sens. Le chemin, le seul et véritable authentique chemin est celui qui serpente en spirale étoilée sous le couvert du Poème. La poésie est un non conformisme absolu.

C’est au coeur de ce précipice que nous vivons.

Le reste, tout le reste n’est que Simulacre de l’antipoésie.

A cette apparence de « réel », nous ne nous soumettons pas: le monde a besoin de poètes et de voyants, pas d’hommes/machines. Nous avons rencontré le Poème, et nous y avons cru.

Nous savons que tout le réel est dans l’invisible.

Dans le coeur même de la Machine/Simulacre, l’heure est à la poésie contre les robots.

L’heure est venue d’une extension du domaine de la poésie.

Recours au Poème, immédiatement.



Gwen Garnier -Duguy

Matthieu Baumier

Recours au poème

http://jacques-viallebesset-scribouilleur.over-blog.com/la-poesie-pour-quoi-faire-recours-au-poeme.html

Éleusis : causeries sur la cité intérieure / Camille Mauclair

La bohème à Athènes

La Grèce éternelle de Gustave Flaubert

Camille Mauclair, Athènes

Liens externes :

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :