Le Carrefour des Demoiselles

  1. Le poème
  2. Documentation aimablement fournie par Anne Borrel
  3. Henri Cazalis
  4. Partie de campagne à Fontainebleau
  5. Mallarmé et Fontainebleau, une exposition au Musée Mallarmé à Vulaines-sur-Seine
Le poème

LE CARREFOUR DES DEMOISELLES
ou
L’Absence du Lancier
ou
Le Triomphe de la Prévoyance

Fait en collaboration avec les
Oiseaux, les Pâtés, les Fraises et les Arbres

Par :

Stéphane Mallarmé
Emmanuel des Essarts

Air
« Il était un petit navire
Qui n’avait jamais navigué. »

C’était une illustre partie
De gens bien vêtus et bien nés

Neuf Parisiens sans apathie
Intelligents et vaccinés.

Quoique l’on fut mélancolique
_ Il y eu manKate et le lancier
_
On mit sur un granit celtique
Un anathème à l’épicier.

Tous gambadaient comme des chèvres
De bloc en bloc, de roc en roc.

Les mots mazurkaient sur les lèvres
Tantôt tic-tac, tantôt toc-toc

Pour l’aspic et pour la vipère
On ménageait de l’alcali,

On ne rencontra qu’un notaire
Qui, tout jeune, était bien joli.

Là Denecourt, le Siècle en poche,
Dispensateur du vert laurier,

A peint en noir sur une roche :
« Repos du Poète ouvrier. »

Voici l’émerveillante liste
Léguée à la postérité

De cette bande fantaisiste
Bien peu dans sa majorité :

Un jeune baby d’espérance
Que parmi les sombres halliers,

D’un œil d’amour couvait la France
Comme l’enfant des chevaliers;

D’aimables mères de famille
Qui se réjouissaient de voir

Du soleil aux yeux de leurs filles
Et des messieurs Sens habit noir;

Fort mal noté par les gendarmes
Le garibaldien Mallarmé

Ayant encore plus d’arts que d’armes
Semblait un Jud très-alarmé;

Ettie, en patois Henriette,
Plus agile que feu Guignol,

Voltigeait comme une ariette
Dans le gosier d’un rossignol;

Dans le sein de cette algarade
S’ydilisait le Cazalis,

Qui, comme un chaste camarade,
Tutoyait l’azur et le lis;

Puis une Anglaise aux airs de reine
A qui Diane porte un toast,

Qu’Albion envoie à Suresne
Sous la bande du Morning-Post;

Piccolino, le coloriste
Qui pour parfumer nos vingt ans

Pille comme un vil herboriste
L’opulent écrin du printemps

Nina qui d’un geste extatique
Sur le dolmen et le men-hir

Semblait poser pour la Musique,
La musique de l’avenir;

Puis des Essarts Emmanuelle,
Le plus beau-det jeunes rimeurs

Offrait le fantasque modèle
D’un poète ayant gants et moeurs.

Mais Ponsard qui veut qu’on s’ennuie
Vint lui-même installer aux Cieux

Le Théramène de la pluie,
Personnage silencieux.

Puis l’heure leur coupa les ailes
Et, tout boitant et s’accrochant

Du « Carrefour des Demoiselles »
On fit un lac en pleurnichant.

***

Documentation aimablement fournie par Anne Borrel

Henri Cazalis

Le 25 avril 1864, Mallarmé écrit à un ami : Voici une quinzaine que Marie (son épouse) est souffrante et j’ai tout lieu de croire qu’avant l’année prochaine il y aura un petit poète entre nous deux. Je tremble à cette idée que je pourrais être père, si j’allais avoir un imbécile dans ma vie ou un laideron. Oh horreur! »

L’ami à qui est adressé ce message est son confident, son frère spirituel, il s’appelle Henri Cazalis. Stéphane Mallarmé l’a connu lors d’une partie de campagne en forêt de Fontainebleau, organisée par un jeune professeur du collège de Sens, Emmanuel des Essarts. Elle est restée célèbre grâce au poème « Le Carrefour des Demoiselles » composé après la promenade. Ancien condisciple d’Emmanuel, Henri Cazalis est poète, il fait des études de Droit puis deviendra médecin et se fera connaître en littérature sous le nom de Jean Lahor. Ces deux jeunes gens et Stéphane Mallarmé formeront un trio indissociable.

Voir La naissance de Geneviève

Partie de campagne à Fontainebleau

Mallarmé et Fontainebleau, une exposition au Musée Mallarmé à Vulaines-sur-Seine

Exposition au musée départemental Stéphane Mallarmé
« Le Carrefour des Demoiselles, ou l’absence du lancier, ou le triomphe de la prévoyance (ou Monsieur Mallarmé dans la forêt) »

Vernissage samedi 5 mai à 16h 2007

Le Conseil général de Seine-et-Marne propose, du 29 avril au 30 juillet 2007 au musée départemental Stéphane Mallarmé, une exposition consacrée au poème de Stéphane Mallarmé « Le Carrefour des Demoiselles ».
Cette exposition s’inscrit dans le cadre des manifestations organisées en Seine-et-Marne autour du thème de la forêt de Fontainebleau, en écho à l’exposition « la forêt de Fontainebleau, un atelier grandeur nature», présentée jusqu’au 5 mai 2007 au musée d’Orsay.

Le 11 mai 1862, Emmanuel des Essarts organise en forêt de Fontainebleau, au lieu-dit le Carrefour des Demoiselles, une promenade à laquelle participent Stéphane Mallarmé et plusieurs de ses amis de jeunesse. L’exposition évoque le déroulement de cette journée, qui devait se révéler marquante pour plusieurs de ces jeunes gens, et s’appuie sur la chanson en vers de mirliton (sur l’air de il était un petit navire) rédigée par Mallarmé et des Essarts pour en conserver le souvenir.

Dans un premier temps, cartes, plans et guides de l’époque accompagnés de photographies plus récentes rappellent l’histoire de ce secteur particulier de la forêt de Fontainebleau dont la toponymie évoque une moderne Carte du Tendre, propice aux escapades de jeunes gens en galante compagnie. Ensuite, peintures, gravures et publications illustrent la destinée des principaux protagonistes, liée plus ou moins longuement et fortement à celle de Mallarmé lui-même : la mort de Regnault à Buzenval après des débuts artistiques brillants, la carrière de médecin d’Henri Cazalis qui demeure poète sous le nom de Jean Lahor, celle de professeur d’Université d’Emmanuel des Essarts, le salon bohème de la fantasque Nina de Villard.

Le musée départemental Stéphane Mallarmé


De 1874 à sa mort en 1898, Stéphane Mallarmé a longtemps séjourné dans cette ancienne auberge devenue sa maison, qui fait face à la Seine et à la forêt de Fontainebleau. Aujourd’hui, le musée qui lui est consacré restitue le charme de cette villégiature à travers les meubles et les objets familiers du poète, sa bibliothèque, des œuvres de ses amis peintres et sculpteurs. Le beau jardin où Mallarmé aimait «faire la toilette des fleurs avant la sienne» contribue à l’agrément de ce lieu de mémoire.

Musée départemental Stéphane Mallarmé
4 promenade Stéphane Mallarmé
77870 Vulaines-sur-Seine

https://poezibao.typepad.com/poezibao/2007/04/mallarm_et_font.html

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :