Henri Cazalis

Avec Eugène Lefébure, Henri Cazalis fait partie des deux meilleurs amis de jeunesse de Mallarmé.

Henri Cazalis, né en 1840 à Cormeilles en Parisis, mort en juillet 1909), médecin et poète français.
Il entretient une correspondance avec Stéphane Mallarmé de 1862 à 1871, et celui-ci lui adresse la première mouture du célèbre Sonnet en yx pour figurer dans un recueil paru en 1869, Sonnets et eaux-fortes, mais le poème de Mallarmé n’y était pas.

Henri Cazalis, sous le pseudonyme de Jean Lahor, est l’auteur du recueil L’Illusion (1875) et l’auteur de L’Art nouveau. Il est à l’initiative de la création, en 1901, de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France).

Ouragan nocturne, de Jean Lahor.

Le vent criait, le vent roulait ses hurlements,
L’Océan bondissait le long de la falaise,
Et mon âme, devant ces épouvantements,
Et ces larges flots noirs, respirait plus à l’aise.

La lune semblait folle, et courait dans les cieux,
Illuminant la nuit dune clarté brumeuse ;
Et ce n’était au loin qu’aboiements furieux,
Rugissements, clameurs de la mer écumeuse.

– Ô Nature éternelle, as-tu donc des douleurs ?
Ton âme a-t-elle aussi ses heures d’agonie ?
Et ces grands ouragans ne sont-ils pas des pleurs,
Et ces vents fous, tes cris de détresse infinie ?

Souffres-tu donc aussi, Mère qui nous a faits ?
Et nous, sombres souvent comme tes nuits d’orage,
Inconstants, tourmentés, et comme toi mauvais,
Nous sommes bien en tout créés à ton image.

Jean Lahor, L’Illusion

Prose pour Cazalis, par Stéphane Mallarmé

Le Docteur oblique
Fiche un camp piteux.
Le ciel ironique
Resplendit joyeux.

Et dans son extase
Le soleil riant
Fulgore Anastase
C’est tout l’Orient.

Et que nul ne rie
D’un rictus amer
Fleuris Pulchérie
Au bord de la mer

Pour qu’on s’extasie
Sur Coco Barroil ;
Trouve Anastasie
Une rime à Roil

Et faites ensemble
Mais avec chaleur
Un geste qui semble
Laniquolacheur.

Partie de campagne en forêt de Fontainebleau

La naissance de Geneviève

Le 25 avril 1864, Mallarmé écrit à un Cazalis : Voici une quinzaine que Maris (son épouse) est souffrante et j’ai tout lieu de croire qu’avant l’année prochaine il y aura un petit poète entre nous deux. Je tremble à cette idée que je pourrais être père, si j’allais avoir un imbécile dans ma vie ou un laideron. Oh horreur! »

L’ami à qui est adressé ce message est son confident, son frère spirituel, il s’appelle Henri Cazalis. Stéphane Mallarmé l’a connu lors d’une partie de campagne en forêt de Fontainebleau, organisée par un jeune professer du collège de Sens, Emmanuel des Essarts. Elle est restée célèbre grâce au poème « Le Carrefour des Demoiselles » composé après la promenade. Ancien condisciple d’Emmanuel, Henri Cazalis est poète, il fait des études de Droit puis deviendra médecin et se fera connaître en littérature sous le nom de Jean Lahor. Ces deux jeunes gens et Stéphane Mallarmé formeront un trio indissociable.

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :