Rue Colinet en poésie

PRES DU BOIS

Souvent, un soleil matinal,
De toute brume importune
Embarque de son port natal
Loin de toutes les infortunes.

De ses rayons qui s’affermissent
Sur les hautes cimes tremblantes
Des vieux peupliers qui frémissent,
Il dit les lisières approchantes.

Si près du bois de Bois-le-Roi,
Au cœur de la rue Colinet,
Est la demeure qui échoie
Au fils du Sylvain Colinet.

Car il eut un fils inconnu,
Né du même rêve poursuivi
Au fil des sentiers parcourus
Et à jamais inassouvi…

Michaël Vinson, sylvain et poète à Bois-le-Roi

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :