Le Club des Haschischins

Dr Jacques-Joseph Moreau de Tours (1804-1884) Coll. Priv.

Le père de Georges Moreau de Tours, le Dr Jacques-Joseph Moreau de Tours, était aussi amateur d’art et de littérature. De retour à Paris, il rassembla autour de lui des artistes, écrivains et autres personnalités de l’époque à l’Hôtel Pimodan, l’actuel Hôtel de Lauzun sur l’île Saint-Louis, avec lesquels il fonda en 1844 Le Club des Haschischins, décrit par Théophile Gautier en 1848, et conduisit une étude des états paranormaux sous l’effet des narcotiques, que relate Charles Baudelaire en 1860 dans un chapitre des Paradis artificiels. Jacques-Joseph Moreau de Tours fut un pionnier des recherches psychiques et psychologiques, reprises par Jean-Martin Charcot (1825-1893) à l’hôpital de la Salpêtrière, sur l’hypnose et l’hystérie, qui conduisirent à la théorie du traumatisme psychique, plaçant la France à l’avant-garde dans le domaine et influençant Sigmund Freud, l’un de ses élèves.

III Jacques Joseph Moreau et l’utilisation récréative du hachisch. La création du Club des Hachichins.

L’échec des essais du hachisch comme thérapeutique encouragea-t-il Jacques Joseph à chercher le succès auprès du public ? Certes, comme le signale Arveiller et comme le précise J-C Féray (article cité) il ne fut pas le premier à organiser des dégustations mais c’est lui qui, auréolé de son prestige du voyageur de retour d’Orient, conquit le Tout Paris des Arts et des Lettres en organisant des fantasias.

Portrait de Théophile Gautier Auguste de Chatillon, huile sur toile, 1839, Musée Carnavalet, Paris

Les premières eurent lieu début 1843 et Théophile Gautier qui avait souhaité y participer, en donna un premier compte-rendu dans La Presse du 10 juillet 1843. Puis Gautier, en 1846, dans un article de La Revue des deux Mondes intitulé Le Club des Hachichins fit le récit célèbre d’une séance du club.

Son début mérite d’être reproduit : « Le docteur était debout près du buffet sur lequel se tenait un plateau chargé de petites soucoupes…un morceau de pâte ou confiture verdâtre gros à peu près comme le pouce était tiré par lui au moyen d’une spatule d’un vase de cristal, et posé à côté d’une cuillère de vermeil sur chaque soucoupe. La figure du docteur rayonnait d’enthousiasme ; ses yeux étincelaient, ses pommettes se pourpraient de rougeurs, les veines de ses tempes se dessinaient en saillie, ses narines dilatées aspiraient l’air avec force. – Ceci vous sera défalqué sur votre portion de paradis, me dit-il en me tendant la dose qui me revenait ». Puis Gautier décrit les effets du produit en commençant par rapporter ceux de leur cicérone (le docteur) « un déterminé mangeur de hachisch, (il) fut pris le premier en ayant absorbé une plus forte dose que nous ; il voyait des étoiles dans son assiette et le firmament au fond de la soupière ; puis il tourna le nez contre le mur, parlant tout seul, riant aux éclats » etc.`

Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou,
Île Saint-Louis, Paris 4e

Le Club des Hachichins se tenait à l’hôtel Pimodan ou hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, et réunissait comme le rapporte M. Caire, citant un compte rendu de l’époque, des personnages de distinction, des littérateurs, des savants et surtout des médecins. C’est le 22 décembre 1845 qu’eut lieu la fantasia à laquelle participèrent notamment Baudelaire, qui comme Théophile Gautier vivait à l’hôtel de Lauzun, et Honoré de Balzac. Ce dernier dans une lettre que Moreau cita dans Du Hachisch lui écrivit « qu’il y aurait une belle expérience à faire et à laquelle il a pensé depuis 20 ans : ce serait de refaire (à l’aide du hachisch) un cerveau à un crétin » !

Quant à Baudelaire, sa position à l’égard des Paradis artificiels fut on le sait très critique. Concernant le hachisch, et le comparant au vin, il l’avait condamné en ces termes : « Jamais un homme qui peut avec une cuillère de confitures se procurer instantanément tous les biens du ciel et de la terre, n’en acquerra la millième partie par le travail…le vin exalte la volonté, le hachisch l’annihile ». Réflexion pertinente d’un maitre en matière d’usage des toxiques qui peut être opposée aux partisans actuels de la légalisation du cannabis quand ils l’assimilent au vin.`

En savoir plus : https://amisdemoreaudetours.com/Jacques-Joseph-Moreau-de-Tours

Membres fondateurs
  • Théophile Gautier
  • Dr Jacques-Joseph Moreau de Tours
Membres principaux
Textes :

Liens externes :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :