Aimé Perret, peintre à Bois-le-Roi


     Aimé Perret, résidait à la fois à Bois le Roi et à Paris, 77 rue d’Amsterdam.
    Il s’était fixé à Bois le Roi depuis 1878 et c’est dans ce pays et dans les environs qu’il a exécuté ses oeuvres depuis cette date.


   
Le 14 juin 1890 mariage à Bois le Roi d’Aimé Perret avec Béraut Ida Angélique
   
Vécut à Bois le Roi rue Guido Sigriste dans la villa ( Les Cigales ) de 1878, à sa mort le 18 juin 1927
  
 Il fut conseiller municipal de 1912 à 1925
  
 Le 8 septembre 1927, le conseil municipal décidait de donner le nom d’Aimé Perret à la rue partant de la rue Louis Noir et allant jusqu’à la rue des Longuives.
  
 La ville de Bois le Roi possède, au nombre des oeuvres de ce grand peintre, la  »     Maternité  » exposée dans la salle de la mairie, le portrait de « Gustave Mathieu« 
   
et une  » Nature Morte  »    de Mme Ida Perret offerte par elle-même en 1930

  
 Aimé Perret est mort à un âge relativement avancé puisqu’il était octogénaire, mais encore, jusqu’au dernier jour de sa vieillesse, restée active jusqu’à la fin, il n’a guère quitté le pinceau . Dans la tranquillité sereine de son ermitage de Bois le Roi où il a vécu près d’un demi-siècle en  contact direct avec la nature, au milieu d’oeuvres amoureusement poursuivies, de souvenirs artistiques précieux, il avait la satisfaction de se dire que sa vie avait été bien remplie, que l’oeuvr qu’il laisait comptait par le nombre et la valeur, qu’il avait obtenu toutes les récompenses qu’il avait pu rêver à ses débuts, que les plus grands musées, le Luxembourg, le Petit Palais, le Musée de Lyon et tant d’autres villes importantes de province, étaient fiers de ses toiles, que les honneurs officiels avaient consacré l’admiration spontanée du public, et qu’il n’eût tenu qu’à lui, en renonçant à la solitude champêtre où il se faisait un peu oublier, d’avoir parmi ses confrères et auprès de la critique, toujours portée à favoriser les nouveaux venus, la grande notoriété à laquelle il avait droit par son talent.

En savoir plus http://boisleroi77.chez.com/aiperret.html

Portrait de Gustave Mathieu
poète et chansonnier, huile sur toile, Aimé Perret, c. 1875-6, Mairie de Bois-le-Roi. Photo Monique Riccardi-Cubitt

La Mairie de Bois-le-Roi possède un portrait de Gustave Mathieu par Aimé Perret, c.1875-6. Gustave Courbet fit son portrait en 1869 fleur à la boutonnière, ce que mentionne l’écrivain et conteur Armand Silvestre : «Chapeau gris sur l’oreille; oeil toujours émerillonné; barbe blanche et fleur à la boutonnière; Gustave Mathieu est un chansonnier qui avait fait de Bois le Roi son pays d’élection. Il était, avec Charles Monselet et Olivier Métra, un des fidèles de cette ravissante commune , à l’orée de la Forêt de Fontainebleau. Son ami Castellani le croque ainsi : Ah! c’était un type que ce poète gaulois! …grand, fort, gueulard à se faire entendre de Bois le Roi à Chartrettes.»

Liens externes :

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :