LA RIME

  1. Qui aura bien lu ces vers saura ce qu’est la RIME  et aussi ce qu’est le vers français
  2. Ou trouver la rime et comment la trouver?
  3. Sans consonne d’appui, pas de Rime et, par conséquent, pas de poésie
  4. La rime est toujours trouvée la première dans le vers.
  5. Tant que le poète exprime véritablement sa pensée, il rime bien
  6. Dès que le poète a appris son art et s’est habitué à se rendre compte de ses visions
  7. Dictionnaire de rimes
  8. Rime riche et variée
  9. Rimes a éviter
  10. En fait de vers, bien lire Hugo c’est tout apprendre
  11. L’enjambement
  12. Histoire de l’enjambement et du hiatus
  13. Rimes masculines et féminines
  14. De l’arsenal des règles

Qui aura bien lu ces vers saura ce qu’est la RIME  et aussi ce qu’est le vers français

Le plus grand critique de notre temps, qui est aussi un des meilleurs poètes, Sainte-Beuve, chante ainsi LA RIME sur un beau rythme emprunté à Ronsard et à la pléiade du XVIe siècle :

Rime, qui donnes leurs sons

Aux chansons,

Rime, L’UNIQUE HARMONIE

Du vers, qui, sans tes accents

Frémissants,

Serait muet au génie;

.

Rime, écho qui prend la voix

Du hautbois

Ou l’éclat de la trompette,

Dernier adieu d’un ami

Qu’à demi

L’autre ami de loin répète;

.

Rime, tranchant aviron,

Éperon

Qui fend la vague écumante;

Frein d’or, aiguillon d’acier

Du coursier

A la crinière fumante;

.

Agrafe, autour des seins nus

De Vénus

Pressant l’écharpe divine,

Ou serrant le baudrier

Du guerrier

Contre sa forte poitrine;

.

Col étroit, par où saillit

Et jaillit

La source au ciel élancée,

Qui, brisant l’éclat vermeil

Du soleil,

Tombe en gerbe nuancée;

.

Anneau pur de diamant

Ou d’aimant,

Qui, jour et nuit, dans l’enceinte

Suspends la lampe, ou le soir

L’encensoir

Aux mains de la Vierge Sainte;

.

Clef, qui, loin de l’œil mortel,

Sur l’autel

Ouvres l’arche du miracle,

Oui tiens le vase embaumé

Renfermé

Dans le cèdre au tabernacle;

.

Ou plutôt, fée au léger

Voltiger,

Habile, agile courrière

Qui mènes le char des vers

Dans les airs

Par deux sillons de lumière!

.

Qui aura bien lu ces vers saura ce qu’est la RIME  et aussi ce qu’est le vers français, car la RIME, comme ils le disent, est l’unique harmonie des vers et elle est tout le vers. Dans le vers, pour peindre, pour évoquer des sons, pour susciter et fixer une impression, pour dérouler à nos yeux des spectacles grandioses, pour donner à une figure des contours plus purs et plus inflexibles que ceux du marbre ou de l’airain, la RIME est seule et elle suffit. C’est pourquoi l’imagination de la Rime est, entre toutes, la qualité qui constitue le poëte.

Théodore de Banville, Petit Traité de poésie française (page 40)

Ou trouver la rime et comment la trouver?

Rien de plus facile.

Car si vous êtes poète, vous commencerez par voir distinctement dans la chambre noire de votre cerveau tout ce  que vous voulez montrer à votre auditeur, et EN MÊME TEMPS  que les visions se présenteront SPONTANÉMENT a votre esprit les mots qui, placés à la fin des vers, auront le don d’évoquer ces mêmes visions pour vos auditeurs. Le reste ne sera plus qu’une affaire de goût et de coordination, un travail d’art qui s’apprend par l’étude des maîtres et par la fréquentation assidue de leurs œuvres

[…] Ce n’est ni le bon sens, ni la logique, ni l’érudition, ni la mémoire, qui fournissent les mots armés d’une si étrange pouvoir; ils ne se présentent à la pensée qu’en vertu d’un DON spécial, qui ne s’acquiert pas.

Étant donné qu’un mot type, qu’un mot absolu doit, pour la plus grande partie, susciter l’image voulue, il doit être bien difficile, dira-t-on, de trouver le mot qui doit rimer avec celui-là et compléter le tableau qu’il peint, en même temps qu’il formera avec lui un accord parfait.

Non, cela n’est aucunement difficile, et toujours pour la même raison. C’est que si vous êtes poëte, le mot type se présentera à votre esprit tout armé, c’est-à-dire accompagné de sa rime!

Théodore de Banville, Petit Traité de poésie française

(page 44 – 45)

Sans consonne d’appui, pas de Rime et, par conséquent, pas de poésie

Ja-Loux > Loups,    de-Vise, > impro-Vise

Sans consonne d’appui, pas de Rime et, par conséquent, pas de poésie; Le poète  consentirait plutôt à perdre en route un de ses bras ou une de ses jambes qu’à marcher sans la consonne d’appui.

Théodore de Banville, Petit Traité de poésie française (page 50)

La rime est toujours trouvée la première dans le vers.

 Chercher la rime pour la coudre au bout d’un vers qu’on a fait avant d’en avoir trouvé le mot final, c’est proprement chercher une aiguille dans un grenier plein de foin.

Théodore de Banville, Petit Traité de poésie française (page 52)

Tant que le poète exprime véritablement sa pensée, il rime bien

Ceci est une loi absolue, comme les lois physiques; tant que le poète exprime véritablement sa pensée, il rime bien; dès que sa pensée s’embarrasse, sa rime aussi s’embarrasse, devient faible, traînante, vulgaire, et cela se comprend de reste, puisque pour lui pensée et rime ne sont qu’un. S’il a eu des visions nettes et éclatantes, elle se sont traduites à son esprit par des rimes sonores, variées, harmonieuses, décisives; s’il n’a eu que des visions confuses et s’il veut les peindre comme si elles eussent été nettes, ou s’il ment effrontément, prétendant avoir VU par les yeux de l’esprit des choses qu’il n’a pas VUES en effet, il n’est plus qu’un comédien, qu’un farceur s’évertuant à singer sa propre inspiration et son propre génie, et souvent alors qu’il n’arrive qu’à parodier de la manière la plus misérable et la plus bouffonne l’être surnaturel qui est en lui.

Théodore de Banville, Petit Traité de poésie française (page 53)

Dès que le poète a appris son art et s’est habitué à se rendre compte de ses visions

Dès que le poète a appris son art et s’est habitué à se rendre compte de ses visions, il entend à la fois, vite, de façon à le briser, non pas seulement une rime jumelle, mais toutes les rimes d’une strophe ou d’un morceau; et après les rimes tout les mots caractéristiques et saillants qui feront image, et, après ces mots, tous ceux qui leur sont corrélatifs, longs si les premiers sont courts, sourds, brillants, muets, colorés de telle ou telle façon, tels enfin qu’ils doivent être pour compléter le sens et l’harmonie des premiers et pour former avec eux un tout énergique et gracieux, vivant et solide. Le reste, ce qui n’a pas été révélé, trouvé ainsi, les soudures, ce que le poète doit rajouter pour boucher les trous avec sa main d’artiste et d’ouvrier, est ce que l’on appelle les CHEVILLES.

Théodore de Banville, Petit Traité de poésie française (page 53)

Dictionnaire de rimes

P. 65

Votre mot caractéristique est trouvé et vous savez que vous devez le placer à la rime. Reste à trouver la rime qui  sera jumelle de celle-là. Vous la chercherez ou, comme la première, dans votre mémoire, ou dans un bon dictionnaire de rimes, que d’ailleurs vous ne tarderez pas à savoir par cœur.

Rime riche et variée

P.66

Un grand poëte, un poëte quelconque même, fait ce qu’il veut et ce que son inspiration lui dicte. Mais vous devez employer jamais que des rimes absolument brillantes, exactes, solides et riches, dans lesquelles on trouve TOUJOURS la consonne d’appui, et qui soient d’autant plus vigoureuses que vous aurez choisi une consonance qui termine dans le dictionnaire un plus grand nombre de mots.

Votre rime sera riche et elle sera variée : implacablement riche et variée! C’est dire que vous ferez rimer ensemble, autant qu’il se pourra, des mots très semblables entre eux comme SON, et très différents entre eux comme SENS.

Rimes a éviter

P.67

Tachez d’accoupler le moins possible un substantif avec un substantif, un verbe avec un verbe, un adjectif avec un adjectif. Mais surtout ne fais jamais rime en semble deux adverbes.

Un mot ne saurait rimer avec un de ses composés, pas plus qu’il ne rime avec lui-même.

Non seulement des mots qui expriment des idées tout à fait analogues, comme malheur et douleur, ne sauraient rimer ensemble, mais les mots qui expriment deux idées exactement opposées l’une à l’autre, comme bonheur et malheur, chrétien et païen, ne peuvent non plus rimer ensemble, car la première condition de la rime (pour ne pas endormir!) est d’éveiller la surprise, et rien n’est si près de l’idée d’une chose que l’idée de son contraire.

C’est pour la même raison que vous éviterez plus que la peste les accouplements de rimes avilies par leur banalité, tels que gloire et victoire, lauriers et guerriers, etc.

En fait de vers, bien lire Hugo c’est tout apprendre

P.76

L’enjambement

Critique des règles implacablement paralysantes de Boileau.

P. 79

Histoire de l’enjambement et du hiatus

P.84

Rimes masculines et féminines

P.88

Avant Ronsard, le poète pouvait, comme il le voulait, entrelacer à son gré les rimes masculines ou féminines, tandis qu’aujourd’hui nous devons les inverser régulièrement selon des règles précises. Ainsi Villon pouvait écrire aujourd’hui sa Belle Leçon de Villon aux Enfants Perdus, dont la première strophe n’a pas de rimes féminines et dont la seconde strophe n’a pas de rimes masculines.

De l’arsenal des règles

P.89

Ainsi avant Ronsard, et jusqu’à lui, le poëte ne connait pas d’autre obligation que celle de rimer et de bien rimer. D’ailleurs pas de règles, pas d’entraves, pas de liens. Depuis Ronsard, et par lui, (il faut bien l’avouer) nous avons eu au contraire tout un arsenal de règles. Y avons nous gagné quelque chose?

Nous y avons tout perdu au contraire.

L’hiatus, la diphtongue faisant syllabe dans le vers, les autres choses qui ont été interdites et surtout l’emploi facultatif des rimes masculines et féminines , fournissaient au poëte de génie mille moyens d’effets délicats, toujours variés, inattendus, inépuisables. Mais pour se servir de ce vers compliqué et savant, il fallait du génie et une oreille musicale, tandis qu’avec les règles fixes les écrivains les plus médiocres peuvent, en leur obéissant fidèlement, faire, hélas, DES VERS PASSABLES!

Qui donc  a gagné quelques chose à la réglementation de la poésie?

Les Poëtes médiocres. _ Eux seuls!

Publié par Michaël Vinson

Poète et créateur culturel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :