Le Noël 1868 de Geneviève Mallarmé

A la Noël 1868, Geneviève réclame la venue du grand ami, Henri Cazalis : « Vève veut que tu viennes de suite voir son arbre de Noël encore chargé des bonbons qu’elle guigne. » Puis, le 7 janvier 1869 : « Vève a reçu tes charmantes babouches, la pauvrette en raffole mais attend, pour en fouler le tapis, la fin d’une indisposition qui la tient au lit. » Il avait envoyé aussi un livre de contres en Allemand. Cazalis parlait l’allemand, le petit recueil portait une dédicace :  » A la petite Marie, mère de Geneviève et à la petite Geneviève née de Marie, son beau-frère et oncle, Henri Cazalis – poète, avocat, médecin et frère de Stéphane le Couronné.

La forme populaire du sapin de Noël s’est diffusée en Europe au XIXe siècle, depuis l’Allemagne. Ici, un sapin de Noël en Norvège au début du XXe siècle. – National Archives of Norway

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :