La bohème à Madrid

  1. Lumières de bohème
    1. Sujet
  2. La Bohème littéraire espagnole de la fin du XIX e au début du XX e siècle D’un art de vivre à un art d’écrire
  3. Casa Bohemia
  4. Cafes With the Bohemian Atmosphere in Madrid
  5. Mode bohème à Madrid
Lumières de bohème
Couverture de la pièce dans l’édition des œuvres complètes de l’auteur en 1924.

Lumières de bohème (en espagnol : Luces de bohemia) est une pièce de théâtre écrite par Ramón María del Valle-Inclán en 1920.

Elle est publiée pour la première fois en plusieurs parties dans l’hebdomadaire España ; une version révisée et rééditée avec trois scènes supplémentaires voit le jour en 1923. Elle ne sera jouée pour la première fois en Espagne qu’en 1970 (sept ans après sa première représentation à Paris en 1963).

Luces de bohemia est considérée comme l’une des œuvres les plus importantes de Valle-Inclán ; celui-ci inaugure en effet avec elle un nouveau genre théâtral appelé « esperpento ». Moyen qu’il utilise pour décrire une Espagne dégradée, manquant de considération pour le bas peuple et pleine de corruption.

Sujet

La pièce raconte les dernières heures de la vie de Max Estrella, un « andalou hyperbolique, poète d’odes et de madrigaux » déjà vieux, misérable et aveugle, qui jouit à un certain moment de quelque reconnaissance. Il est accompagné dans son pèlerinage dans une Madrid obscure, trouble, marginale et sordide, de Don Latino de Híspalis, et se voit donner la réplique par d’autres personnages de la bohème madrilène de l’époque.

A travers leurs dialogues, s’expriment de façon magistrale des critiques sur la culture officielle et la situation sociale et politique d’une Espagne condamnée à ne pas reconnaître ses grands esprits.

Après de multiples vicissitudes, l’œuvre se clôt sur la mort de Max Estrella et sa veillée funèbre. Un soûlard crie : « Crâne privilégié !», une expression répétée tout au long de l’histoire et qui résume l’approche « esperpentique » de la pièce.

L’anecdote de l’échec et de la mort d’un écrivain suranné est transcendée à travers la figure de Max Estrella. L’œuvre devient une parabole tragique et grotesque de l’impossibilité de vivre dans un pays sans justice ni liberté, comme l’est l’Espagne de la Restauration.

En savoir plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lumi%C3%A8res_de_boh%C3%A8me

La Bohème littéraire espagnole de la fin du XIX e au début du XX e siècle
D’un art de vivre à un art d’écrire

Xavier Escudero

La Bohème littéraire espagnole de la fin du XIX

Télécharger le texte ici : https://www.cervantesvirtual.com/obra/la-boheme-litteraire-espagnole-de-la-fin-du-xixe-au-debut-du-xxe-siecle—dun-art-de-vivre-a-un-art-decrire/

Table des matières

  • Le phénomène de la bohème : vers un essai de définition
  • Les deux âges de la bohème
  • Le bohème : à la recherche d’une typologie
  • La psychologie du bohème : un être désorienté ?
  • Son credo esthétique
  • La bohème : entre génération et tribu
  • La (le) Bohème : objet de fascination et sujet de fiction
  • El frac azul (memorias de un joven flaco), La Horda, Troteras y Danzaderas : naissance et décadence de l’itinéraire romanesque du bohème madrilène
  • La bohème : entre parodie et tragédie
  • La « dedicatoria » à La mujer de todo el mundo (1885) d’Alejandro Sawa et La santa bohemia (1913) d’Ernesto Bark : deux tensions manifestes de la pensée bohème.
  • La « dedicatoria » du roman La mujer de todo el mundo (1885) d’Alejandro Sawa silhouette d’une pensée fin de siècle ou diagnostic d’une génération amère
  • La santa bohemia (1913) d’Ernesto Bark : traité de la nouvelle bohème
  • La Bohème littéraire espagnole : un art d’écrire
  • Le roman autobiographique ou personnel bohème : l’exaltation du moi et personnalisation d’un genre à travers El frac azul de Pérez Escrich et Declaración de un vencido d’Alejandro Sawa
  • La voie poétique ou l’achèvement d’un art d’écrire bohème
  • Portraits et autoportraits : dans la continuité de l’écriture et de la définition d’un moi bohème
  • Le bohème, la femme et le désir
  • Le bohème, le satanisme, la figure christique et la Mort

Casa Bohemia

Casa Bohemia: The Spanish Style House by Linda Leigh Paul (Rizzoli 2015) showcases 29 bohemian style homes—vibrant, Spanish-style houses in the southwestern and southern United States, Mexico, and Spain, from restored haciendas in Mexico to early and recent 20th century California mission styles. Rich colors abound and details include ornate wrought-iron, wood balconies, graceful arches, crafted glass, and patterned tiles and textiles.  https://stylecarrot.com/2015/05/08/fine-print-bohemian-style-homes-casa-bohemia/

Cafes With the Bohemian Atmosphere in Madrid

https://www.hostal-madrid.info/it/blo-1916-blog/171-cafes-with-the-bohemian-atmosphere-in-madrid

Mode bohème à Madrid
Le chapeau bohème en feutre La Madrilène est orné d’une couronne au motifs aztèques et de franges bordeaux. https://paquerettes-paris.com/produit/chapeau-boheme-la-madrilene/

Voir aussi :

Publié par Michaël Vinson

Poète et créateur culturel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :