Association des lettrés de Bois-le-Roi

Association de fait ouverte aux lecteurs et écrivains – écrivants de Bois-le-Roi

Pour nous rejoindre, merci d’envoyer un message à la page contact du ce site.

  1. Sujets de réflexion et d’échanges
    1. Les écrivains et les écrivants
  2. Lectures
    1. Confidences d’un panoramiste, par CH. Castellani
Sujets de réflexion et d’échanges
Les écrivains et les écrivants

Wébert Charles Roland Barthes, critique littéraire français du XXe siècle, -on le sait sans doute- aime les contrastes, les antithèses, les mots en couple. Si pour certains créateurs ce procédé relève d’une démarche ludique, pour l’auteur de « Le plaisir du texte », il s’agit d’une conception beaucoup plus sérieuse de la littérature. « Le couple écrivains/écrivants », comme l’appelle Claude Coste, revêt une importance capitale dans la compréhension de la conception de la littérature de Roland Barthes. Un écrivain pour Barthes est quelqu’un qui est dans une démarche désintéressée. A contrario de la conception de l’écrivain de Jean-Paul Sartre, qui est un « parleur », un engagé. Pour Roland Barthes, «il est dérisoire de demander à un écrivain d’engager son œuvre ». « L’écrivain conçoit la littérature comme fin ». Ecrire, poursuit-il, est un verbe intransitif, c’est-à-dire qu’il ne supporte pas de complément. L’écrivain écrit et ça suffit ! Et s’il faut parler d’engagement dans la littérature, ce serait un « engagement manqué ». L’écrivant, pour sa part, est quelqu’un qui agit sur le monde. Pour lui, l’écriture n’est qu’un moyen. Son message ne doit être interprété que d’une seule manière quand la parole de l’écrivain supporte une certaine ambiguïté, se rejette parfois en s’affirmant. Selon cette conception, il ne suffit pas d’écrire pour devenir un écrivain. Et toute œuvre écrite ne fait pas partie nécessairement de la littérature. La littérature est un travail sur la langue. Ainsi, dans le sens strict du terme, un historien n’est pas un écrivain. Un philosophe non plus. Ce sont des écrivants. La même notion est valable pour quelqu’un qui écrit un livre de recettes de cuisine ou un livre de sociologie. Toutefois, il ne faut pas croire que les écrivants n’ont pas de style ni ne font appel à une certaine forme esthétique de la parole, mais ce n’est pas leur but premier. On est un écrivain ou un écrivant selon la forme et l’orientation de son œuvre ; selon qu’elle soit une fin ou un moyen.

https://lenouvelliste.com/article/131316/les-ecrivains-et-les-ecrivants

Lectures
Confidences d’un panoramiste, par CH. Castellani

Voir aussi :

Publié par Michaël Vinson

Poète et créateur culturel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :