Poésie Rudolphe S. Plesdin

Je vais vivre, à cause que, j’ai du génie
En devenir de cela est et sera ma gloire
La santé, que rien n’a de prise sur moi
Rudolphe. S . PLESDIN, poète, théatrurge
écrivain, législateur, grâce à mon intelligence
Stable, maintenant le pas ubique gagné
La mémoire de la lumière jusqu’aux ténèbres
Sans lumières, je pense de ma plume
Perceptible me défaire des objets de la peur
Je bâtirais de mon écriture l’entreprise ferme
De L’HCëDMQ la maison ouverte de l’amour
Atemporel, je vivrai créateur du Principat
Des triumvirs, la première pierre créatrice
Permanente, bien que de toutes éternités
Cycle linéaire diffusif du faire masse de
L’être libre pour la totalité, je vous promets
Le jour qui répond à la question de la forme
En mouvement infini, par l’action de créer
La question, en modèle du type idéal
De toutes les variables, je le deviens par
Moi-même anthume

*

Plus de poésies https://rudolphesplesdin.home.blog/page/2/ et http://www.geocities.ws/plesdin/index-2.html

Poète rencontré sur l’article Comment retrouver le chemin de la poésie (voir les commentaires)

L’homme creëole du monde quantique

Basil

Ah ! qu’il était beau cet african type

Musée à ciel ouvert à hauteur de soleil

Qui réveillait les pulsions des bleus instincts

De la blanche à l’ombre de silence votif

Ah ! qu’il était beau cet african type

Avec sa douce peau noire comme le lait

Parfumée aux nectars de fleurs, veloutée comme le miel

Qui cœur de lion invitait à la nostalgie de toutes légendes

Ah ! qu’il était beau cet african type

De boire à même sa bouche, la jouvence

Source des jouissances de l’esprit du corps

Qui insufflait d’un baiser fleuve, la vie

Ah ! qu’il était beau cet african type

De tout son long, là tel un dieu antique, hélas

Une écharde de croix et de chaîne à réaction

Comptait dans sa chair à rebours la fission

Ah ! qu’il était beau cet african type

Au diable cet imparfait qui n’est au présent

Que de peu, si prêt, qu’il me semble le toucher

D’une plume qui rétablirait le juste milieu

De l’aiguille en la balance jour nuit

Autres poèmes

Publié par Michaël Vinson

Poète et créateur culturel.

9 commentaires sur « Poésie Rudolphe S. Plesdin »

  1. merci pour cette page et le choix du poème, poème qui demande une discipline de travail. Merci pour Olivier Larronde . Merci pour comment retrouver le chemin de la poésie, j’avais terminé mon chant dans l’homme créëole du monde quantique et l’entreprise ferme. Je ne sais pas si vous l’avez constaté j’ai la prétention d’écrire une civilisation la joi . Si vous voulez en discuter ce sera avec un grand plaisir ps hier en utilisant vos conseils j’ai retrouvé le chemin de la poésie, j’ai écrit un petit poème que je vous lirais demain

    J’aime

    1. Olivier Larronde? Vous avez découvert mon lien avec ce poète via le groupe facebook? Je ne l’ai pas encore abordé sur ce site mais ce serait l’occasion. J’aimerais en savoir plus sur « l’homme créole quantique », est-ce un poème ou un recueil? En fait il me faudrait à chaque fois des liens plus précis. Je n’ai rien vu qui ramène sur des « recueils ». Pour l’écriture d’une « civilisation la joi », oui j’ai cru voir quelque chose en ce sens, vos textes, assurément, ne manquent pas de souffle, mais il me faut les lire plus profondément. Heureux que vous ayez retrouvé le chemin de la poésie par cet article qui, au moins, aura servi à quelque chose! Au plaisir de lire votre « petit poème ».

      Aimé par 1 personne

  2. Voilà le petit poème Michaël

    Et pourtant il y a
    Olivier Larronde, ok
    Google la poésie est
    dans internet, WordPress
    Michaël m’a proposé
    d’ouvrir une page
    j’ai dit oui à l’échange.
    Deux articles dans mon caddie
    je n’ai pas de carte bleue
    pour payer mon abonnement
    hautetfort est gratuit
    j’hésite à y mettre
    cocaïne et toxico
    je n’ai pas d’argent
    et je ne peux devenir une profession
    j’ai la mer de brise marine dans le cerveau

    J’aime

  3. Une chat noir est couché à mes pieds
    du hard-rock à plein régime
    bonjour tu as mis la musique fort ce matin
    je bois mon café
    Voyez vous il m’est difficile d’écrire de la poésie
    en dehors de L’HCëDMQ
    Je cherche l’homme créëole du monde quantique
    l’entreprise ferme la joi

    J’aime

      1. Merci pour L’HCëDMQ, avec l’entreprise ferme, les deux recueils ne forment qu’un seul chant, il y a L’HCëDMQ et son extension l’entreprise ferme . Tel robinson échouant sur mon ile vous vous m’avez apporté la civilisation, l’ordre et la technologie, oui nous pouvons, nous pourrons faire naitre
        cette lumière, vous Izambard et moi Rimbaud, trêve de plaisanterie, c’est un plaisir de vous connaître, j’espère que nous ferons de grande pyramide ensemble, je vous remercie pour le travail accompli, ce fut plaisant de voir votre page, au fait je vous lis, c’est chez vous que j’ai trouvé olivier Larronde et de mon coté j’approfondis, grâce à vous je relis Mallarmé

        Aimé par 1 personne

Répondre à rudolphesplesdin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :