Je suis un poète de Facebook

Je suis un poète de Facebook

Je sais c’est le repaire du Bouc

La Sale Bête en ardeur de Mal

Qui m’avale au fond de ses entrailles

_

Je suis un poète de Facebook

J’habite en la cité virtuelle

Où tout file comme un trait de lumière

Sans même voir les visages dans leurs books

_

Je suis un poète de Facebook

J’affronte la Bête de l’Evénement

Le poème à la pointe du jour

Qui rend blême le monde qui ment

_

Michaël VINSON (15 juillet 202)

Poème retrouvé par hasard sur facebook

Michaël Vinson

Auteur Admin

Petite curiosité didactique de ce bref poème : il mélange rimes plates, rimes embrassées et rimes croisées. Je précise parce que la dimension artisanale est au cœur même de l’écriture poétique et que ce groupe est tout de même avant tout consacré à l’écriture. C’est un poème écrit « sur le pouce », allez-y prenez un stylo et écrivez un quatrain, il suffit de se lancer.

Michaël Vinson

Auteur Admin

Ce sont aussi des ENNÉASYLLABES (vers de 9 syllabes) ou le « e » est prononcé : je suis un poètE ou non : Fac’book (ca c’est pour emmerder le diseur!)

Michaël Vinson

Auteur Admin

Enfin les rimes peuvent ici se réduire à de simples assonances. Le jeu des sonorités internes étant présent (à retravailler bien sûr si on veut faire quelque chose de vraiment bien. C’est bien d’utiliser aussi ce groupe comme « chantier poétique » et de pouvoir connaitre les différents états d’un poème)

Michaël Vinson

Auteur Admin

Puis, pour ceux qui aiment bien « comprendre intellectuellement un poème », et donc faire un travail analytique, on peut dire que c’est un poème de type mythologique (St Michela Landi qui tue le dragon!). Une dramaturgie tripartite : 1 le repaire du mal 2 les armes de lumière 3 Le combat final. Voyez, c’est amusant d’écrire des commentaires après coup sur un acte spontané qui, comme tout acte spontané contient sa dramaturgie. (« le moindre petit acte spontané est plus complexe que toutes les métaphysiques » disait Artaud). On peut dire en ce sens que créer et analyser sont deux attitudes très différentes et qui peuvent souvent se contredire. Il ne faut jamais perdre de vue qu’il n’y a que le poème qui peut dire ce qu’il a à a dire, ou alors il n’aurait pas sa raison d’être. C’est le problème des « explications poétiques » qui tentent de dire avec d’autres mots ce que seul le poème peut dire, elles le « prosaïsent » en quelque sorte et donc elles le nient. Et puis surtout qui « arrêtent le sens » à une interprétation bien précise et donc, au pire, peuvent tuer le poème. Comprendre ne veut pas dire expliquer, comprendre veut dire « prendre avec », et donc vivre intimement un texte qui, seul dans cette relation intime peut nous dévoiler ce qu’il a nous dévoiler.

Michela Landi

très pointu, mais je n’y suis qu’à titre gratuit, hélas. Il faudrait bien remplir le destin de son nom…

2 ans

Michaël Vinson

Auteur Admin

Je vous ai citée « par accident », je voulais écrire « le combat contre St Michel » et votre nom est apparu. J’ai laissé parce que j’ai trouvé ca amusant. Ceci-dit nous partageons le même saint patron, et ce qui fait que sans doute vous devez avoir certaines velléités chevaleresques dans votre vie? Celles qui font « remplir le destin de son nom » en s’affrontant aux dragons! Bien, vous dites que c’est pointu, c’est étonnant, surtout quand on sait que vous faites partie de l’élite intellectuelle, et que pour ma part je ne suis qu’un ancien cancre! Je ne sais pas si c’est pointu, j’essaie de formuler des observations. Autrement, quand vous dites que vous n’y êtes qu’à titre gratuit, j’imagine que vous voulez parler de FB? C’est un bon sujet de réflexion que d’interroger sa présence sur ce réseau où au final absolument tout le monde se trouve et qui est donc devenu un immense agora social, même si plus malheureusement c’est pour y faire l’expérience d’une sourde incommunication. Donc c’est bien aussi de « notifier » ca permet quelques fois des échanges….

  • Répondre
  • Partager
  • 2 ans
  • Modifié

Michela Landi

Michaël Vinson En effet la conjonction de mon signe astrologique, bélier, et du haut patronage de saint-michel a disposé de mon sort. J’ai combattu longuement en vue de réaliser certains projets, dont celui qui m’a permis d’appartenir à ce que vous nommez l’élite intellectuelle. Pourtant cette élite n’existe que par le désir de cultiver à contre-courant des intérêts très peu partagés. vous y êtes, dans cette élite symbolique, plus que moi, grâce à la belle gratuité de vos initiatives.

2 ans

Michaël Vinson

Auteur

Admin

Michela Landi « Elite symbolique »? Allons bon! Mais je crois que le mot élite renvoie à une « élection par ses pairs ». C’est le système qui fabrique et reconnait ses élites. Le poète – à la marge – est plutôt sur le fond un élu. Ou un héros, puisqu’il affronte quand à lui, au nom d’une réalité supérieure, la non-reconnaissance de la société pour ne pas dire le mépris généralisé et la franche détestation. Je me vois plus comme « poète », j’affirme d’ailleurs clairement et courageusement cette appellation devenue ridicule de nos jours et cela malgré le lourd poids historique du mot. J’essaie de redonner au poète sa véritable et ancestrale fonction au sein de la société, depuis celle des bardes de l’antiquité. Un poète reste un barde même (et surtout) dans une société aussi désacralisée que la nôtre. Il est devenu de nos jours le fameux « barde Assurancetourix » que les créateurs d’Astérix ont magistralement saisi. « Non, tu ne chanteras pas ». C’est bien ainsi que tout un village peut se liguer pour rendre à tout prix au silence le poète. Je vis cette réalité en tout point dans mon propre village. Je pense qu’aujourd’hui la fonction essentielle du poète est de travailler à l’émergence du poète qui est en chacun de soi. Voilà sa mission sacrée de nos jours. C’est ce que j’appelle « être poète » et en ce sens peu de poètes contemporains le sont, plus particulièrement ceux, ce qui se comprend aisément, sont reconnus par le système. En effet, chacun a un poète en soi et dont le but est de le réveiller. Chaque poème, chaque geste poétique est en ce sens comme un baiser du prince charmant sur les lèvres délicatement fermées de la Belle au bois dormant. Ainsi, nous sommes tous des poètes en puissance, et notre destinée est à mon sens de le devenir. Le poète étant compris ici comme la figure de l’homme véritable, de l’homme en éveil qui tend laborieusement vers sa perfection. Il y a beaucoup à réfléchir sur cette notion de l’élitisme, d’autant plus qu’elle a été mise à mal depuis 1968 avec l’établissement sans partage du règne de l’idéologie de « l’art pour tous »? Expression renvoyant dans les faits à « art pour personne » puisque l’art demande un effort et un apprentissage, il est comme une montagne que chacun est appelé à gravir. La facilité qui appelle à une accessibilité immédiate à fait le chemin de la médiocrité générale et qui a fini par s’instituer comme une véritable norme. Elle englouti dans son marécage sordide toute tension vers l’excellence, ce qui est le propre de l’art. Voilà aussi pourquoi le système qui repose sur le consensus du nombre et donc sur la médiocrité générale ne peut accepter l’art véritable et donc les créateurs authentiques, surtout s’ils sont dotés d’un talent certain. Et Voilà pourquoi entre le poète et le système c’est un accord impossible. Le poète est avant tout un insoumis et un rebelle à l’ordre établi de la société qui nie la création pour s’autopréserver. « Il s’entête affreusement à adorer la liberté libre » disait Rimbaud. Une élite? Un élu? Vous dites aussi – pour vous répondre maintenant plus précisément après ce tableau un peu général, que je suis plus que vous dans cet élitisme qui n’existe que par le désir de cultiver à contre-courant des intérêts peu partagés, et cela plus que vous à cause de la « belle gratuité de mes initiatives ». Je dirais pour ma part que ce n’es tpas le désir qui me porte mais la nécessité. C’est qu’elle chose qui relève de la survie spirituelle que de créer et de « vivre en poète », malgré non pas le manque d’intérêt mais le rejet généra, tout processus créatif générant littéralement la panique notre monde ultra formaté, et je le vis à chaque pas, tellement d’ailleurs que je me virtualise de plus en plus et renonce ainsi a réaliser quoi que ce soit dans la « vie réelle », et puis enfin, là ou tout se joue, c’est en effet le choix obligé et malheureux de la précarité qui résulte d’un tel engagement qui fait que les « élites » ne me suivent pas. Pour tout dire, hormis quelques échanges avec l’université du japon, vous êtes la première universitaire avec lequel il est possible d’échanger. Et ca fait plus de 20 ans que je suis ce que j’appelle « créateur culturel » et qu j’ai tenté de réaliser de nombreux projets vraiment de haut niveau sur un plan artistique et culturel dans différents pays. Voyez la rareté, sans doute est-ce notre prénom commun qui permet ce rapprochement! Saint Michel à une puissance qu’il ne faut pas sous-estimer! Enfin merci de permettre ces quelques échanges, l’incommunication lourde et totale que j’expérimente à chaque connexion a une fâcheuse tendance à me pousser à la dépression. Je trouve qu’on devrait essayer de continuer à tisser un lien de la sorte entre « élites et élus » et entre l’Italie et la France » (Verlaine va grandement nous rapprocher!). Je vais créer un groupe en ce sens et qui sait, peut être que nous arriverons à conjuguer nos efforts pour faire réellement avancer la cause de la poésie dans notre monde qui la rejette…. L’Italie et la France c’est tout de même quelque chose, et, outre les voies romaines qui parcours la région, nous avons le château de Fontainebleau….. Après tout, tant qu’a être sur facebook autant en profiter pour faire de belles choses, non?

Répondre

Partager 2 ans

https://www.facebook.com/groups/boisleroipoesie/posts/3159868300770303

Mais… les mondes de l’université et de la création ne peuvent définitivement plus se rencontrer. Artaud l’avait déjà dit.

Voir aussi :

Publié par Michaël Vinson

Poète et créateur culturel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :