Félix Vallotton « Clair de lune »

Les violons imitent le bruit du vent,
le glockenspiel celui des elfes dansants,
la harpe celui de la lune. Car de mémoire de compositeur, à la harpe, toujours, qu’elle soit de Lyon ou à pédales, fut dévolu le soin d’évoquer les rayons de la la lune.

Poème de Sidonie-Gabrielle Colette, « le concert »

Peinture : Félix Vallotton « Clair de lune »

Musique : F. Liszt / Alabieff « Le Rossignol »

Choix de correspondances entre poésie, peinture et musique par Bénédicte Rostaing

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :