Écrire des textes courts

LES PETITS PAPIERS

Résumé :

« C’est un peu court, jeune homme ! »

Cette formule, et la célèbre « tirade du nez » qui lui fait suite, signent la condamnation sévère des petites formes, au nom du développement massif et autoritaire. Futilité, facilité, insuffisance, mesquinerie même…


Tel serait leur destin. Nous y voyons plutôt une grande part de ce qui nous attire vers la littérature : l’aise, la finesse, la discrétion, la sensibilité…
Une manière musicale de toucher le langage, pour dire justement les vibrations subtiles des êtres et du monde. Haïkus de Bashô, anecdotes de Brantôme, aphorismes de Lichenberg, phrases de Jules Renard..


Remercions la littérature de nous offrir tous ces légers bonheurs authentiques. Et, à travers les célébrations, les anamnèses ou les rubaiyat, rêvons à la prospérité d’une écriture idyllique.

Pour échanger sur fb : https://www.facebook.com/groups/boisleroipoesie

Voir aussi :

Publié par Michaël Vinson

Poète et créateur culturel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :