Consultations poétiques

SOS POESIE (Save Our Souls : sauvez nos âmes)

UN DIMANCHE MATIN A LA BIP DE BLR

Bip… bip… bip….

– Bonjour, bienvenue à la BIP de BLR.

– La BIP de BLR?

– Oui, la Brigade d’Intervention Poétique de Bois-le-Roi, pour vous servir.

– Ah très bien, j’aurais besoin d’un service d’urgence.

– Ah, un SVP (Service Poétique d’Urgence). Nous sommes à votre écoute, que vous arrive-t-il?

– Pour tout vous dire, j’ai du mal à mettre des mots sur mon mal…

– Ne paniquez surtout pas, vous n’êtes pas le seul à souffrir d’un problème de MP (Manque Poétique) et nous avons une procédure spéciale très efficace, la MMSM (Mettre des Mots sur les Maux). Nous avons cependant besoin de quelques informations minimum pour activer ce service et déclencher notre intervention. Pouvez-vous essayer de préciser vos symptômes?

– Je ne sais pas précisément, je me sens perdu, désespéré…. (le patient s’écroule en larmes)

– Bien, c’est effectivement une UPC (Urgence Poétique Critique). Nous vous proposons d’intervenir dans les plus brefs délais afin de vous administrer un premier traitement d’urgence.

– Ca va faire mal?

– Non, du bien, essentiellement.

– Et en quoi consiste-t-il?

– A faire une RP (Réanimation Poétique) par IV

(Injection Verbale) de l’un des poèmes les plus désespérés de notre catalogue.

– Un poème désespéré pour traiter mon désespoir?

– Oui, traiter le mal par le mal. Une antique pratique. Et les chants désespérés sont les chants les plus beaux.

– Tiens donc, vous m’étonnez, il y aurait de la beauté dans le désespoir?

– Essentiellement. C’est bien pour ca que votre situation est la meilleure qui soit pour recevoir notre TPC (Traitement Poétique de Choc). C’est la mission principale de la BIP que d’insuffler la beauté dans la laideur du monde et qui rend les HSP (Hommes Sans Poésie) si malheureux.

– Décidément, vous m’étonnez la BIP. Mais… qu’est-ce que la Beauté?

– Le chemin de la Vérité et de la Bonté. Comme la Bonté est le chemin de Vérité et de la Beauté, comme la Vérité est le chemin de la Beauté et de la Bonté. Le chemin à trois entrées de l’Amour qui fait se mouvoir les planètes et les étoiles.

– Eh bien dites-donc, quel traitement de choc! Voulez-vous dire que mon sentiment d’errance et de désespoir serait la résultante d’un manque d’amour?

– Nous l’affirmons, et nous savons de quoi nous parlons, nous sommes des SPAH (Spécialistes Poétiques de l’Ame Humaine). Tout le monde souffre terriblement d’un MAF (Manque d’Amour Fondamental) et c’est bien pour cela que nos services sont absolument débordés.

– Et votre traitement est efficace?

– Il a fait ses preuves depuis la NDT (Nuit des Temps), seule la poésie sauve…

– Alors, que dois-je faire?

– Rien, surtout Rien. Laissez-vous glissez toujours plus profondément dans votre désespoir et nous arrivons dans les plus brefs délais avec notre PSP (Planche de Salut Poétique). Vous verrez, faites-nous confiance, vous remonterez rapidement à la SBM (Surface de la Beauté du Monde) et que l’on ne peut rencontrer que dans les plus grandes profondeurs de l’ONS (Océan du Non Sens).

Bip…. bip…. bip….

– Excusez-nous, nous avons un nouvel appel pour une nouvelle IP (Intervention Poétique). Restez-en ligne le temps que nous arrivions. Nous vous relions durant l’attente au CTRP (Cordon Téléphonique de Réanimation Poétique), vous n’avez juste qu’à vous laisser aller dans la MP (Musique Poétique) que nous vous diffusons pour vous maintenir la tête hors de l’eau avant notre arrivée. A tout de suite!

La BIP raccroche et fait passer un CDPTUL ( Un CD de Traitement Poétique d’Urgence en Ligne) :

Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,

Laisse-la s’élargir, cette sainte blessure

Que les séraphins noirs t’ont faite au fond du cœur;

Rien ne nous rend si grands qu’une grande douleur.

Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète,

Que ta voix ici-bas doive rester muette.

Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,

Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots.

– Allô, la Maison de Retraite de BLR? Non, non, nous n’avons pas oublié, oui, c’est bien noté, nous avons en effet un RDVP (Rendez-Vous Poétique) pour une MRPIG (Mise en Relation Poétique Intergénérationnelle). Nous sommes désolés, nous avons un petit retard dû à une UPC (Urgence Poétique Critique). Nous arrivons sans délai.

Ainsi va la vie de la BIP de BLR en ce dimanche d’automne sous la GAP (Grisaille d’Absence Poétique). D’autre reportages à suivre sur la vie quotidienne de la BIP dans cet album.

Allégorie du Pélican Alfred de Musset
LA MUSE


Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,
Laisse-la s’élargir, cette sainte blessure
Que les séraphins noirs t’ont faite au fond du cœur;
Rien ne nous rend si grands qu’une grande douleur.
Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète,
Que ta voix ici-bas doive rester muette.


Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots.
Lorsque le pélican, lassé d’un long voyage,
Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,
Ses petits affamés courent sur le rivage
En le voyant au loin s’abattre sur les eaux.
Déjà, croyant saisir et partager leur proie,
Ils courent à leur père avec des cris de joie
En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.
Lui, gagnant à pas lent une roche élevée,
De son aile pendante abritant sa couvée,
Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.
Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte;
En vain il a des mers fouillé la profondeur;
L’océan était vide et la plage déserte;
Pour toute nourriture il apporte son cœur.
Sombre et silencieux, étendu sur la pierre,
Partageant à ses fils ses entrailles de père,
Dans son amour sublime il berce sa douleur;
Et, regardant couler sa sanglante mamelle,
Sur son festin de mort il s’affaisse et chancelle,
Ivre de volupté, de tendresse et d’horreur.
Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,
Fatigué de mourir dans un trop long supplice,
Il craint que ses enfants ne le laissent vivant;
Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,
Et, se frappant le cœur avec un cri sauvage,
Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,
Que les oiseaux des mers désertent le rivage,
Et que le voyageur attardé sur la plage,
Sentant passer la mort se recommande à Dieu.


Poète, c’est ainsi que font les grands poètes.
Ils laissent s’égayer ceux qui vivent un temps;
Mais les festins humains qu’ils servent à leurs fêtes
Ressemblent la plupart à ceux des pélicans.
Quand ils parlent ainsi d’espérances trompées,
De tristesse et d’oubli, d’amour et de malheur,
Ce n’est pas un concert à dilater le cœur ;
Leurs déclamations sont comme des épées :
Elles tracent dans l’air un cercle éblouissant;
Mais il y pend toujours quelques gouttes de sang.

Petit pièce de TPTU ( Théâtre Poétique Thérapeutique d’Urgence) de Michaël Vinson MPU (Médecin-Poète Urgentiste)

Agenda

Voir aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :