Au long cours de la Seine

AU LONG COURS DE LA SEINE

J’ai vu le long fleuve qui traverse les âges,
De courbes en courbes arpenté par les cieux,
Et son onde paisible réfléchie en nos yeux
Qui du fil de son eau nous invite au voyage.

Nonchalamment, le long des chemins de halage,
J’ai laissé dériver, des justes milieux,
Les pensées affranchies aux mille et un lieux
Qui d’un monde sans âme ont tourné la page.

J’aime tant ces moments librement embarqués
Sur l’antique courant des mystères dévoilés,
Ces langoureux émois au long cours de la Seine

Qui du souffle de nos vies brèves riment toujours
L’écoulement poétique qui allège nos peines.
Dis-nous, belle Sequana, guérirons-nous un jour?

Sonnet de Michaël Vinson

%d blogueurs aiment cette page :